La comédie et les 4 niveaux de conflits

Si la comédie est confrontation, collision… Les quatre niveaux de conflits permettent de vérifier qu’on a bien été cherché tout ce qui était possible pour créer du rire (merci Voytilla et Petri). Règle : Essayer d’avoir le maximum de niveaux de conflits !

  1. Conflit intérieur : Il s’agit du rapport conflictuel du personnage avec ses faiblesses (Immaturité, égoïsme, maladresse, hypocondrie, émotivité, radinerie, manque de confiance en soi…)
  2. Conflit interpersonnel : Il s’agit du rapport conflictuel du personnage avec l’autre. Il a besoin qu’un autre personnage lui donne quelque chose, lui permette d’obtenir quelque chose…
  3. Conflit global : Il s’agit du rapport conflictuel du personnage avec le monde extérieur – la société (conflit avec l’école, l’armée, la police, la loi… parfois représentés par un individu, policier, instituteur, militaire, avocat, juge…) – une situation (un lieu, un évènement…) – la nature (vent, pluie, sécheresse, ouragan…).
  4. Conflit cosmique : Il s’agit du rapport conflictuel du personnage avec les forces cosmiques (dieu, diable, destin, temps…).

 

 

Suspense et surprise créent le rire

Le rire nait de la surprise créée par un évènement inattendu.

Soit en trois temps :

  1. Mise en place d’une situation, d’un élément narratif
  2. Renouvellement de la situation initiale, de l’élément narratif afin de créer un schéma récurrent. Cette récurrence induit le spectateur à une attente narrative en cohérence pour la suite.
  3. Le troisième temps n’est pas ce à quoi le public s’attend. Cette surprise crée le rire.

Soit en deux temps

  1. Amorce (qui crée une attente auprès du public)
  2. Chute comique (l’inattendu crée le rire)